Les goualants

Nous sommes chanteurs de sornettes.
De tant de vies sommes les goualants,
Bardes d’Armorique louant la terre
Qui a portée tant de printemps.

Au chant classique n'empruntons guère
Que ritournelles et contre-chants
Et si tuilons parfois nos vers,
C'est au nom du kan ha diskan.

Disons vos craintes par mots couverts,
Aussi vos joies ou vos serments.
Travaux des champs, murets de pierres,
Vie des villages sont nos diamants.

Chantons aussi les gens de mer:
Rimes à virer au cabestan,
Chansons des ports, chants de la mer,
Complaintes du gaillard d'avant.

Pour vos plaisirs chantent les trouvères,
Pour leur plaisir également,
Aux traces d'un dénommé Tonnerre
Qu'ils saluent ici humblement.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.pencoat.org/dotclear/index.php?trackback/44

Fil des commentaires de ce billet