La bricole

C'est par le joug de la bricole
Que tu pris en main ton destin
Qu'importe la voie de la boussole
Toi seul fixera ton chemin.

On t'avait dit ta langue est celle
Qui sert dans les champs, les chemins.
Jamais elle n'atteindra celle
Qui fit la France et son destin.

On t'avait dit : "oublie icelle
Qui n'a que goût de chicotin.
Nous t'aiderons à parler celle
Qui te fera digne échevin"

Et tu pris le grand carrousel,
Délaissant tes alexandrins.
Quittant la voie du ménestrel
Pour un avenir incarnadin.

Jour après jour en nos écoles
Nous avons vu ces prétoriens
Qui par un sabot en bricole
Voulaient punir le moins que rien.

Le gueux, le sot que la bricole
Ramènerait dans le bon chemin,
Oublierait sa langue bretonne
Au baragouin d'un jobelin.

Mais tu sais que Bretagne est belle
Et que sa langue doit perdurer.
Morceaux épars, tels javelles,
Naîtront demain comme Merlin

Que ce sabot devienne symbole
Du refus d'une vie imposée.
Que cet usage de la bricole
A tout jamais soit oublié.