Calicot jack

Rackham marchait sur le tillac
il naviguait toutes voiles au vent.
on l’appelait « Calicot jack »,
on l’appelait le flamboyant.

Il avait nom Jack Rackham,
un nom qui claque aux quatre vents
Pour un doublon, pour une femme,
il écuma les océans.

Il commanda aux caraîbes
une fameuse bande de mécréants.
Brigands qui se rêvaient pirates,
vivant pour l’or et pour le sang.

Pour un navire fuyant la rade,
un capitaine sans grand allant,
un équipage a pris les armes
et déposé son commandant.

Rackam élu pour son courage,
pour sa fougue et son talent
a accepté la lourde charge.
Il a choisi la vie au ban,

Le fuyard fut réduit,
abordé et même pillé
mais la marine n’est pas tendre avec les mutinés.

Vogue la galère, plus rien à faire,
ici le sort en est jeté,
ils deviendront pirates,
ce sera leur destinée.

 

Et sur les eaux des bahamas,
ont pris le vent au gré des flots,
de Freetown à Tarpum bay,
de Greencastle à Nassau.

 

Ils ont contruit leur légende
dans le sillage de leur bateau,
sous les ordres d’un homme étrange,
un homme vêtu de calicot.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.pencoat.org/dotclear/index.php?trackback/5

Fil des commentaires de ce billet