Essex

Je porte ici mémoire d'un beau trois-mâts carré
En vous contant l'histoire d'un navire oublié.
Des rivages des Açores aux îles Société
Je fus le mousse du bord, oyez mon odyssée !


Il avait nom l'Essex, faisait près de cent pieds,
Une ossature de chêne, un pavois, des bordés
Et au fond de ses cales, de longs harpons d'acier.
Traquant le cachalot, c'était un baleinier.


En 1819, à la fin de l'été
Partîmes de Nantucket pour au moins 2 années.
Année 1820, le 19 de novembre
Au cœur de l'offshore-ground, croisâmes la destinée.


Un énorme cachalot par deux fois a frappé,
Curieux retour du sort, le chasseur est chassé.
Abordé par la proue et puis sur bordé,
Sa coque disloquée, le navire va sombrer.


Nous étions dix-neuf hommes, harponneurs et gabiers
Et dans trois baleinières avons pu embarquer.
Sans eau ni nourriture, épuisés, ballotés
Durant plus de cent jours nous avons espéré.


Comme un petit navire vous l'a déjà conté
Il faut parfois pour vivre franchir quelques fossés.
Ce fut ici le cas, simplement pour durer.
Au jeu de courte paille il nous fallu jouer.


Nickerson est mon nom, Thomas suis prénommé.
Un des rares survivants d'une triste équipée.
Bien des années plus tard j'ai souhaité la conter.
J'étais le mousse du bord, j'en fus l'épistolier.

 

L'Essex est un trois-mats baleinier américain qui fut attaqué et coulé par un grand cachalot.Hermann Melville s'en inspira pour son roman Moby Dick

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.pencoat.org/dotclear/index.php?trackback/65

Fil des commentaires de ce billet