La ballade d'Anjela

En cette terre ou je suis née,
forêts et landes y croissent en nombre.
Aux creux des mares et des fourrés
la terre enseigne à ceux de l'ombre,
à ceux qui l'aiment et la fécondent,
le temps donné le temps repris.
Ne laisserais pour rien au monde
va Bro, va Yezh ha va Frankiz. (1)

 

De cette langue qui m'a bercée,
j'ai fait mon combat et ma fronde.
Que par cette richesse délaissée
ma culture enfin sorte de l'ombre .
Je parlerai jusqu'à ma tombe
ma langue bretonne et c'est ainsi.
Ne changerais pour rien au monde
Va Bro, va Yezh ha va Frankiz.


et pour toujours ma liberté
sera mon bien le plus profond.
A ma bretagne suis attachée
et d'y toucher attise ma fronde
à Traon an dour, mon bout du monde.
Moi humble cultivatrice,
ne renierais pour rien au monde
Va Bro, va Yezh ha va Frankiz.

 

Bretons, une certitude en moi profonde
guide mes jours, éclaire mes nuits:
il n'est rien qui n'égale au monde
Va Bro, va Yezh ha va Frankiz.

Anjela Duval (à l'état-civil Marie-Angèle Duval ; 1905-1981 ), est une poétesse bretonne. le vers "Va Bro, va Yezh ha va Frankiz." est extrait de son poème "Karantez vro".

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.pencoat.org/dotclear/index.php?trackback/50

Fil des commentaires de ce billet