Port Lavigne

Village niché au creux d’un grand port,
Endroit perdu, presque oublié,
Au cœur d’une île de l’avant-port,
Au creux d’un bras presque comblé.

C’était le refuge des grands voiliers,
L’espace ultime pour l’évitage,
A l’abri du fleuve sauvage,
De ses courants et ses dangers

Les années passent les années filent,
Et Nantes a perdu ses îles.
Il n’y a plus de grands vaisseaux.
A Port Lavigne poussent les roseaux.

Prendre le temps de vivre,
Prendre le temps qu’il faut,
Savoir penser pour être libre,
Savoir rêver au fil de l’eau.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.pencoat.org/dotclear/index.php?trackback/23

Fil des commentaires de ce billet