Au clair de ma plume
Plus loin, par mes chemins.

Accueil > Horizons > Les chiens du guet

Les chiens du guet

ou la triste histoire de Jean-Baptiste Ansquer de Kerouartz, enseigne de vaisseau

mardi 17 novembre 2015, par Madek

J’ai vu tant et tant de mers
J’ai croisé tant et tant de gens
J’ai cru à tant de chimères
Je reviens mouiller(1) à Dinan
 
Par tous les chemins de mer j’ai pu voir tant de contrées
Mais par les chemins de terre j’ai aussi vu les chiens du guet
 
Je reviens pour revoir celle
Qui attend depuis si longtemps
Celle qui m’avait dit "je t’aime",
Que j’avais quitté voile au vent.
 
Par tous les chemins de mer j’ai pu voir tant de contrées
Mais par les chemins de terre jJ’ai aussi vu les chiens du guet
 
Je sais qu’elle sera peut-être
Ce soir à la cité d’Aleth
Je longerai à pied la grève
J’apporterai le guinguet
 
Par tous les chemins de mer j’ai pu voir tant de contrées
Mais par les chemins de terre j’ai aussi vu les chiens du guet
 
Dès que les berges furent désertent
Après le son du clocher
J’ai franchi le bastingage
et couru vers les rochers
 
Par tous les chemins de mer j’ai pu voir tant de contrées
Mais par les chemins de terre j’ai aussi vu les chiens du guet
 
Un grondement soudain résonne
Je suis pris dans un traquet
Ce n’est pas une légende,
Ils ont lâché les chiens du guet
 
Par tous les chemins du cœur j’ai voulu voir ma bien-aimée
Mais par les chemins de grève j’ai croisé les chiens du guet

Les chiens du guet étaient une meute de 24 dogues qui étaient lachés à la nuit tombée sur la grêve entourant les remparts de Saint-Malo. En mars 1770 ces chiens tuèrent un jeune officier de marine, Ansquer de Kerouatz, qui tentait de rentrer dans la ville en traversant le port à marée basse après avoir rendu visite à sa fiancée de la ville voisine de Saint-Servan

(1) jeter l’ancre

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0